INQ21_News_Fokusthemen_Innovation_750x500

L’innovation et la collaboration ne tombent pas du ciel

La Suisse est un pays innovant. Mais quelles catégories peut-on utiliser pour mesurer cette innovation dans un indice et quelle culture de l’innovation les entreprises doivent-elles mettre en place pour contribuer à la performance de l’indice de l’innovation? Les entreprises de premier plan et les experts se pencheront sur le thème en détail lors de l’INNOTEQ.DIGITAL, les 19 et 20 mai 2021. L’occasion idéale pour obtenir un aperçu actuel du marché.

 

La Suisse est connue pour être un des pays les plus innovants au monde. Mais comment cette force d’innovation est-elle mesurée? Prenons un indice bien documenté comme le Bloomberg, pour lequel le classement 2021 a été établi il y a peu. Les pays y sont évalués selon sept catégories:

- les dépenses globales consacrées à la recherche et au développement se réfèrent au produit intérieur brut.

- la productivité, c.-à-d. le PIB par personne

- la création de valeur, sous forme de pourcentage du PIB et par personne

- le nombre de chercheurs comparé à la population totale

- le nombre d’entreprises high-tech cotées en bourse

- la formation tertiaire – et notamment le nombre d’étudiants et la part de diplômés comparé à la population totale

- les brevets, là encore comparé au PIB et/ou à la taille de la population

 

Dans quelle mesure mon entreprise est-elle innovante?
Cette année, la Suisse est grimpée de la quatrième à la troisième place de cet indice; désormais, seuls la Corée du Sud et Singapour font mieux. Pour de nombreuses entreprises, ce classement exceptionnel du pays dans lequel elles portent l’innovation est important, puisqu’il montre que les conditions sont optimales. Pourtant, tout le monde le sait: les innovations ne tombent pas du ciel, il faut travailler dur pour y parvenir. En effet, votre entreprise profitera sans doute de ce bon classement dans l’indice des pays, mais pour votre propre réussite, il est plus important que vous contribuiez vous aussi à ce classement. Chaque entreprise doit éprouver un véritable intérêt pour développer une force d’innovation élevée; se pose alors la question suivante: dans quelle mesure mon entreprise est-elle innovante et quels potentiels d’amélioration puis-je encore explorer?

 

Sans culture de l’innovation, plus rien ne fonctionnerait
Un audit de l’innovation permet à l’entreprise de déterminer le potentiel existant et les instruments dont elle dispose. Mais quelle que soit la teneur de cet audit, il y a une chose que vous devez posséder ou mettre en place: la culture de l’innovation. Celle-ci comprend notamment trois aspects principaux :

 

- Une certaine capacité d’innovation est de rigueur. Cela signifie que les collaborateurs doivent laisser leur esprit d’innovation s’épanouir. L’utilisation de méthodes d’innovation modernes est essentielle, de même que le recours à des connaissances externes.

- Dans la mesure où la disposition à innover – et ceci est un autre point – n’est pas un ordre qu’on peut donner aux collaborateurs, il faut créer l’environnement optimal pour garantir leur motivation intrinsèque. Cela implique également d’accepter l’échec, et que l’équipe de direction soit elle‑même motivée.

- Mais tout cela n’est pas d’une grande aide sans l’existence du troisième aspect : la possibilité d’innover. Il faut donc du temps et des ressources financières pour concrétiser les idées. Lorsque ces trois points s’imbriquent bien, plus rien ne fait obstacle aux plus grandes innovations!

 

Pour être sûr de ne pas manquer l’événement, inscrivez-vous vite à l’INNOTEQ.DIGITAL